Bon, pour les retardataires éventuels, on prolonge jusqu’à demain 18h pour les réponses au quizz !

Tokyo, de l’info dans les transports

Petit retour dans les transports suite à notre arrivée à Tokyo.

Les transports sont toujours aussi propres, et toujours, le sérieux et les bonnes manières japonaises sont présents.

Quoiqu’il en soit, quelques différences sont à noter à Tokyo.

Pas besoin d’appuyer ne serait ce que sur un bouton pour ouvrir les portes, puisqu’elles s’ouvrent automatiquement lorsque le train / métro s’est arrêté en gare. Hygiène ou optimisation des flux de personnes, je ne sais pas trop, mais en tous les cas ça existe et je dois dire que je suis séduit par le système..

Sinon pour revenir sur le sujet, dans les trains et métro, les écrans placés (deux dans le train pour le TGS) au dessus des portes diffuse sur l’un la progression du train (et le temps jusqu’aux prochains arrêts):

 infos003.jpg

infos001.jpg

Sur l’autre des publicités et des infos pratiques (météo, info sur la consommation électrique de la ville – vive la transparence de Tepco suite à Fukushima etc…) :

 infos004.jpg

infosmetro002.jpg 

Comme vous pouvez le voir, un maximum d’informations sont en japonais et en caractères romains, voire même en anglais.

Mieux encore les annonces vocales sont permanentes et dans les deux langues, a priori, Tokyo sait que des touristes sont présents et doivent être traités comme il se doit.

A Paris, c’est pas comme si on était pas une capitale visitée par des millions de personnes, non ? Ou alors on m’aurait menti. Langue

Dans le métro par exemple, toutes les stations sont annoncées en anglais, et l’information va même jusqu’à l’indication des correspondances métro et train liés à la prochaine station (en vocal et sur l’écran).

infosmetro001.jpg 

Le (E-16) derrière le nom de la station est également une bonne idée de nos amis nippons pour situer une station sur la ligne. Dans le même registre on a le placement des sorties et facilités (toilettes, bureaux etc…), de chaque station par rapport aux rames. Ainsi vous saurez que pour sortir à la station E-11 et directement accéder aux escalators (la marche ça use) il faut être dans la rame 8 pour ne pas avoir à marcher de trop.

Voici pour quelques compléments sur les transports suite à nos découvertes à Tokyo.

Résumé en images de Kyoto

Konichoa les lecteurs,

Notre séjour à Kyoto a duré du 10 au 17 septembre. Nous avons effectué plusieurs visites en vu de se plonger dans l’ancienne culture japonaise. Entre les temples, jardins zen, chateaux, villes et villages d’époque nous vous proposons un diaporama.

Afin d’accéder aux photos il faut cliquer ICI :)

Jeux vidéos – Round 1

Désolé pour le retard ! Gomenasai !!!

Nous entrâmes donc dans cet univers bruyant et éblouissant. Une véritable fourmilière où s’entassent tous les garçons de la ville (on se demandait jusqu’alors où ils étaient passés car on ne croisait que des filles dans les rues). Nous fîmes un furtif tour des lieux puis pris de panique devant la virtuosité d’un autochtone sur un jeu de musique (vous pourrez voir le film à notre retour, ce type était inhumain, La Bedj’ sur Guitar Hero à côté, c’est de la gnognotte), nous avons fui vers l’ascenseur pour retourner au QG (j’rappelle que nous étions de corvée de linge…).

Suite à une rapide présentation de notre périple à Franck et Dom, nous avons décidé d’y retourner en force le soir même et armés d’appareils photo.

Voici les images que nous en avons rapportées :

- du classique avec  jeu de combat & de tennis

Jeux vidéos - Round 1 dans OTOUTO RICO jv02

- des jeux en ligne où l’on incarne un mecha (robot de combat)

jv05 dans OTOUTO RICO

- Des simulation de musiques à gogo (batterie, guitare, platine de mixage, tambour, ou tout simplement une dizaine de boutons…)

jv01

jv04

jv06

- enfin, le nouveau concept de jeux vidéos à base de cartes à puce (ces fameuses cartes que l’on pouvait acheter au 2ème étage). Pour le football, on établit son équipe type et la formation tactique en positionnant les cartes sur le plateau puis on on lance des ordres à l’aide de boutons durant le match tel un vrai coach.

jv07

jv09

pour les jeux de stratégie, on déplace les cartes sur le plateau (positionnement, inclinaison) pour indiquer le schéma d’attaque/défense, les unités utilisées, et les techniques employées.

jv08

Vous l’aurez compris, les salles d’arcades sont une religion ici. C’est assez compréhensible compte tenu du faible prix d’une partie en salle (env 0,50€) comparée à l’achat d’une console et du jeu souhaité. Par la suite nous sommes allés dans de plus grandes salles de jeu à Kyoto, on y retrouve également des étages dédiés aux UFO catcheurs (les petites pinces pour attraper des lots), aux pachinkos et jeux de pièces, bowling & billard & fléchettes. Bref, il y en a pour tous les goûts et ce sont des salles combles tous les soirs.

Autocroûte…

Nous avons désormais rendu la voiture et nous pouvons donc dresser un bilan de nos péripéties automobiles nippones…
Il faut bien avouer que sur ce plan, le Japon n’est pas un pays idéal, surtout pour des français, habitués, malgré nos lois restrictives récentes, à une certaine liberté sur ce plan.
Pour commencer, louer une voiture ici n’est pas évident : vous devez d’abord « valider » votre permis en allant dans une antenne de la Japan Automobile Federation afin de faire traduire votre permis. Si le temps d’obtention est minime, même en vous présentant entre midi et deux, il vous en coûtera quand même la bagatelle de 3000 yens pour un simple document de traduction des informations présentes sur votre permis afin qu’en cas de contrôle l’agent puisse appréhender votre pédigrée…
Une fois cette première étape franchie, vous devez louer un véhicule. Là encore, pas facile car la plupart des personnes des agences de location ne parlent pas un traître mot d’anglais et se contentent de vous montrer des phrases traduites sur un document préformaté afin de déterminer quelle est votre demande. Sur ce point, un site bien pratique est celui de tocoo.com car il effectue ces démarches de réservation pour vous. Il ne vous reste plus qu’à vous rendre à l’adresse de l’agence concernée afin de prendre le véhicule.
Bon, tout est OK, vous vous dites « born to be wild », on décolle…ou pas !
En effet, il reste encore beaucoup à faire : appréhender la conduite à gauche dans une voiture qui a le volant à droite et une boîte automatique… pas évident dans un premier temps ;-)
Une fois rôdé, on pourrait croire que la galère est terminée…mais non, c’est au contraire là que commencent vraiment les ennuis : le GPS est en japonais, pas facile de savoir comment l’utiliser ! D’autant que le principe japonais est de rentrer non pas les adresses (ce qui serait fastidieux sachant qu’il s’agit de katakanas) mais les numéros de téléphone des endroits où vous vous rendez. Si jamais le numéro en question a été réattribué récemment, vous n’arriverez jamais à la bonne destination !!
Si vous surmontez ce problème, vous aurez alors la chance de partir dans le trafic le plus lent que vous ayez jamais vu : limitation à 100 sur autoroute, souvent réduite à 80 sur des sections récemment refaites. Vous vous y retrouvez donc à rouler au pas, à une vitesse qui permet sans mal à une grand-mère paraplégique de vous doubler dans sa chaise roulante. Le tout pour des sommes proprement hallucinantes au niveau des péages (exemple Hiroshima-Kyoto pour près de 8000 yens soit presque 80 euros pour environ 200 km)
Vous vous dites qu’il suffit d’éviter les autoroutes ? Mauvaise idée ! En plus de vous rallonger le parcours de 20% en temps, la tendance japonaise à transformer une 4 voies en chemin sur lequel 2 bicyclettes auraient du mal à se croiser est monnaie courante.
Le tout dans un intervallle de quelques centaines de mètres sans aucune indication pour vous prévenir de cette brusque réduction de la route…
La tendance est alors de se dire que vous pouvez vous passer de ces règles trop strictes…pourquoi pas ? Prenez le risque si vous osez car l’amende minimale au pays du soleil levant est de 5000 yens soit près de 50 euros et les agents ont une tendance à vouloir rendre la situation très difficile pour les non autochtones, histoire de tuer dans l’oeuf toute tendance à réitérer ce genre d’acte malveillant…
En bref, la voiture est indispensable si vous êtes nombreux (plus de 5 pour que ce soit rentable par rapport aux tarifs du JR) ou si vous comptez faire beaucoup de lieux qui ne sont pas accessibles facilement via les transports en commun.
Pour le reste, les voitures sont assez confortables quelque soit le modèle (vous ne comptiez tout de même pas que je vous donne la réponse à la question du quizz quand même) et quand vous parlez de Dahiatsu, les gens ne vous regardent pas comme un extra-terrestre, ce qui est agréable quand vous en avez vous même une à la maison ;-)

Des tables… mais pas seulement

Que serait le Japon sans ses bonnes tables, ses mets plus ou moins délicats et sa gastronomie fournie et diverse comme on la connait sur notre sol ?  Eh bien si chaque région a ses spécialités et ses petits et grands plats, il y a des choses que l’on ne peut deviner lorsque l’on rentre dans un restaurant japonais.  Je sais que Franck en grand connaisseur se fendra d’un billet sur le sujet des nourritures terrestres, mais je vais aborder le sujet, sur les petites merveilles et idées technologiques qui viennent « égayer » mon âme de geek technophile. Les cartes Japonaises sont … à l’image du pays et de sa gastronomie, très complètes et très longues en générales. Souvent avec des images (je passe sur la présentation dans la devanture des plats en mode « plastique »), mais toujours avec une multitude de produits. Comment dans ce cas prendre une commande avec 12 types de sushis, 15 types de Yakitori et autres plats de nouilles ? Version papier ou version high tech ?

Chez nos amis Japonais, le papier est une denrée rare, la version papier est généralement limitée aux restaurants ayant moins de 5 pages de menus ;) ou alors sur des petits morceaux de papiers dans les bars (mais vraiment tout petits, quart de post-it).

La plupart du temps voici l’arme magique dégainée par les serveurs sur le sol nippon :

calcul001.jpgcalcul002.jpgcalculgauche.jpgcalculdroite.jpg

Tous les articles sont sur la droite, ou du moins les types de denrées et les combinaisons possibles. Un grand écran (le cours du pixel est en chute libre à la bourse de Tokyo, il faut croire) permet de visionner l’ensemble de la commande pour une tablée d’ogres venus de France comme nous.

Vraiment une bonne idée, qui tranche avec la naissance à nos tables des Handled (palm pilot ou autres HP/Compaq connectés en Wifi avec les cuisines) et la persistance des commandes papier dans nos restaurants préférés.

Vu dans un restaurant de sushis (sushis bar tournant). La scanette à assiette de sushis, est un outil bien pratique. Pour ceux qui ne connaissent pas le système de ces établissements, le cuistot est au centre de la pièce et autour de lui tourne un tapis roulant, sur lequel il dépose au fur et à mesure de sa production, des sushis divers et variés pour qu’ils soient pris et consommés par les clients (en plus des commandes spécifiques), donc en général, on s’installe et on consomme au fur et à mesure de nos envies, gouts et du hasard de la production. Une carte longue comme une description de Proust au cas où le chef ne ferait pas votre sushi préféré est disponible.

Chaque sushis à son assiette et chaque assiette vaut un certain prix, les blanches 210 Yens et les noires 270 Yens et ainsi de suite.

Lorsque vient l’heure de l’addition, la serveuse se munit d’une scanette (comme pour les codes barres) et scanne les piles d’assiette (a priori 4 par 4) par la tranche … et hop le tour est joué. Vraiment intelligent comme systéme (moyenne des piles l’autre soir proche de 10 J)

Voila pour les petites trouvailles de nos amis japonais pour intégrer la technologie et l’efficacité face à une problématique simple. Comment traiter un nombre important d’articles lorsqu’il n’y a pas de commandes.

Prochain sujet possible :

-         Le recyclage et la gestion des déchets ou comment avoir une ville propre avec autant de distributeurs de boissons.

-         Rouille et chrome au pays du soleil levant

-         Panneaux amusants ou bizzares, ou comment l’iconographie remplace l’écrit chez les nippons.

Vous pouvez voter en laissant un commentaire sur ce post, nous traitrons certainement ces sujets de toutes les façons.

Bilan à date…

Bon, nous avons eu quelques remarques sur le fait que nous ne communiquions pas assez…
C’est pas faux ! Mais il faut bien avouer que notre planning est bien rempli avec des journées très chargées en visites et des nuits pas super longues. On préparera par la suite un résumé global complet avec photos à  l’appui (on en a environ 1600 à date…) mais les problèmes d’horaires et le fait que nous n’ayons que 2 PC pour rédiger nous obligent à condenser les faits dans un minimum d’articles (ou comme chichi Dom, à dormir très peu…).
Ce soir je vais sacrifier quelques précieuses heures de sommeil pour vous narrer quelques petites choses mais une fois à Tokyo (après-demain) je ne sais pas si ce sera encore possible donc soyez patient, à notre retour, nous vous ferons un résumé global de notre périple !!!

L’appel des Becquerels

Nous sommes au Japon depuis 10 jours maintenant (le temps passe vite, c’est fou). Il est grand temps d’effectuer un premier check up radioactivité des troupes.

Le compteur Geiger n’indique rien de flagrant pour Dom, Nico et Eric. Par contre, pour Franck et David, c’est une toute autre histoire… Tous 2 ont été proprement grignotés par la faune locale. La mutation engendrée a été foudroyante pour David qui mesure désormais 2m20.

L'appel des Becquerels dans OTOUTO RICO raddavgrillon donne raddavnico dans OTOUTO RICO

Quant à Franck, son métabolisme tenta de se défendre en vain, il parle « le daim » couramment désormais.

 radfranck2 donne 

radcoachdaim 

Le premier bilan n’est pas des plus glorieux (quoique David pourrait enfin accéder à toutes les attractions d’Eurodisney et Franck serait apte à appâter le cervidé lors d’une partie de chasse en espérant qu’ils parlent le même patois).  

66 ans après la frappe nucléaire sur Hiroshima, la faune et la flore environnante ont été fortement affectés comme le prouvent ces quelques clichés.

Chêne Liège

radcheneliege

Champignons de Paris

radchampiparis

Moucheron

radmoucheron

Rossignol

radrossignol 

Que nous réserve Tokyo qui n’est qu’à seulement 200 bornes du drame de Fukushima…

Des trains et des Japonais (partie 3)

Retour dans les transports en commun et sur les trésors techniques et pratiques de cet environnement ferroviaire.   Je vous avais montré dans mon billet précédent la taille d’un ticket de train (grandes lignes), voici le ticket de train (RER / TER) comparé :  

ticketx22.jpg  L’un sur l’autre maintenant : 

 ticketsuperpos.jpg D’ailleurs vous aurez remarquez le « 180″ sur le billet de RER / TER. On ne paye pas dans ce cas pour une destination a proprement parlé mais pour un certain prix. Par exemple le trajet minimum (intra muros) est de 140 Yens, si l’on sait que notre destination est à un prix de 190 Yens, deux choix sont possibles, soit payer le montant (190 Yens) ou prendre le ticket mini (et passer par le fare adjustment, voir plus loin dans l’article).

 Nul besoin de lui dire où l’on va, on met la somme requise et on choisit sur le tableau avec les boutons qui se sont allumés. Dans mon exemple j’avais mis 200 Yens et seuls les boutons 140, 180 et 190 se sont allumés:

Avant :

tarifvide.jpg

Pendant :

tarif001.jpg

 Après

tarifrempli.jpg

 Les deux types de billets passent dans le même appareil à la sortie : 

 passageticket.jpg    Plus fort encore sachant que pour un voyage avec réservation, on a plusieurs tickets à mettre (celui du trajet et celui de la réservation), on peut les mettre en même temps (testé jusqu’à 3 tickets en même temps) et … ça marche .  On fait donc un paquet de ticket, on insère notre petit tas de ticket et hop en moins d’une seconde les portes s’ouvrent et on passe (voire même on récupère les tickets non utilisés, ou non valides). En cas de soucis, vous savez en ayant lu mon précédent article, un membre du personnel se précipite à votre rencontre pour vous aider.  * Voici le portique dans sa totalité : 

 passageportique.jpg

Allez encore plus fort !! On peut les mettre dans n’importe quel sens, face en haut ou en bas, flèche vers l’avant ou l’arrière, et même de travers, comme si des gentils personnages habitaient ces machines pour nous faciliter la vie (et surtout … accélérer le flux des voyageurs, il faut bien se l’avouer, Hiroshima est surement plus tranquille que Tokyo, et rien ne doit arrêter le flot des utilisateurs / clients). 

Pour rester dans le domaine des petites et grandes idées pour faciliter la vie, il y a le « fare adjustment ». Kesako ? Un système fondé sur la confiance, sur la liberté contrainte. Pour faire simple, vous acheté un billet à un prix de base (ou pas) pour faire un trajet, et pour éviter d’avoir à chercher le tarif au départ, vous payez la différence entre ce que vous avez payé au départ (histoire de pouvoir prendre le train au plus vite) et le prix du trajet consommé à l’arrivée. Il fallait y penser. Surtout que bien entendu, cet appareil accepte a priori, tous les types de tickets en circulation. Et comme tout appareil (même nos machines à boissons dans la rue), il vous rend la monnaie sur vos billets de banque (c’est limité au billet de 1000 Yens pour les boissons).

 tarifajustement.jpg

   tarifajustementprocedure.jpg

Sinon, la vie dans les trains, trams et bus, la climatisation présente dans toutes les voitures, et croyez moi, ce n’est pas superflu d’avoir cela actuellement (plus de 30 degrés régulièrement). Annonce des gares et des arrêts tout le temps (ça vient doucement en France). On ouvre les portes avec un simple bouton (plus besoin de poignet), c’est valable dans la plupart des endroits, on touche rarement une poignée dans ce monde qui se veut le plus aseptisé possible (vu la densité de population au mètre carré dans les transports, ça peut se comprendre).

Sinon d’un point de vue pratique, les voitures communiquent dans tous les trains, d’où une répartition possible en cours de route des passagers (trains ou métros) et limitation de la congestion dans une seule rame au final… Pourtant pas compliqué 

Affichage en temps réel dans les trains express de la position du train sur son parcours entre autres informations. Lorsque l’on me dit que le TGV est une perle de technologie, d’un point de vue ferroviaire, peut être. Mais d’un point de vue pratique, technologie intérieure ou même confort, nos TGVs ont du pain sur la planche croyez moi.

infostrain.jpg 

Beaucoup de place (même pour Nico), des prises de courant qui fonctionnent (même en seconde classe), des écrans LCD d’information, des plans du train, un service à la place (oui oui même en seconde) avec un vrai choix « populaire ». Non vraiment, la SNCF est encore dans le 20ème siècle du train. Les Japonais sont dans le 21ème siècle depuis plus de 11 ans :p.

Regardez moi la tête du ShiKanzen, il est pas beau notre train « technologiquement dépassé » ?

shikansen.jpg

Résumé en image d’Hiroshima.

Bonjour chers lecteurs,

Notre séjour à Hiroshima a duré du 4 au 10 septembre. Durant celui-ci nous avons essayé de cibler les sites les plus atypiques et je vous propose de vous faire partager quelques photos afin que vous ayez un petit aperçu de ce que nous avons « vécu ».

Pour ne pas surcharger le blog, pour accéder aux photos il faut cliquer ICI :)

12

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Nos plus beaux Voyages en E... |
Un an en Nouvelle-Zelande |
Ben & Ed's trip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Destination... Cuba, île ma...
| Ebooking
| CAP A L'EST